Vous souhaitez nous faire partager votre quotidien ? Contactez-nous via cette page ! N’hésitez-pas !

… 2020 … L’an foiré … 2021 … L’an bellie … (Thierry C dit POP …)

Ce pourrait être aussi 2020, l’an bettant, l’an pêchant, l’an têté, l’an fermé, l’an volé, l’an nivré … Et 2021 … L’an rêvé, l’an chanté, l’an volée, l’an censé, l’an nivrant … ???  A suivre …

Une année vient de s’achever … Avec son lot de surprises, pas des plus réjouissantes … Une autre commence que l’on espère tous, meilleure ! A vrai dire, ça ne devrait pas être trop dur, tant les mois qui viennent de s’écouler nous laissent une certaine amertume … même en essayant de se raisonner, nous avons du mal à voir le bout du tunnel … Que d’infos … Trop d’infos … Que d’annonces … Trop d’annonces … Que de mesures … Trop de mesures … Que de contradictions …Trop de contradictions … Trop de polémiques autour de cette crise sanitaire inédite … Récupérations en tous genres … Politiques, économiques, scientifiques … Et nous, pendant ce temps nous essayons de trouver la force de supporter ce coup du sort, de garder le moral et de penser à des jours meilleurs … Essayant de nous recentrer sur l’essentiel … En effet une actualité bouillonnante empreinte de violence, de haine raciale, de complotisme, de remise en cause permanente de nos codes habituels nous déstabilise au quotidien, nous mettant dans une situation anxiogène … Nous sommes tels des fétus de paille dans la tempête et nos existences sont mises à mal … Notre style de vie a été, est, malmené par les confinements, les couvre-feux, les attestations de sorties, entraînant la fermeture des lieux qui font notre tissu relationnel … En effet cafés, restaurants, théâtres, cinémas, salles de spectacle, tous ces lieux fermés nous privent de ce qui fait notre culture, notre histoire et notre raison d’être … Puisse tout cela recommencer le plus vite possible … Puisse 2021 nous redonner la joie de nous retrouver autour d’un verre, à la même table, devant une représentation théâtrale, un bon film ou au concert … Cependant pour conjurer le sort, des initiatives multiples ont été prises en ce sens dans tout l’hexagone, en Europe et dans le monde … même à Lay-Saint-Christophe avec la rubrique sur le site de la commune « ça se passe à Lay » … En effet pendant le confinement certains Layens ont fait partager leurs réflexions, créations musicales et artistiques, leurs activités, prouvant ainsi que la vie ne s’arrêtait pas, cherchant par ce biais à égayer le quotidien de chacun par la distraction si utile en cette période troublée … Cette rubrique existe toujours et chacun de vous peut continuer à l’alimenter pour prouver que la création, la réflexion sont des forces puissantes pour continuer à vivre et à partager émotions, ressentis et empathie … N’hésitez pas, osez, partagez … Chacun possède des richesses intérieures, des talents, des aptitudes qui ne demandent qu’à être exprimés … Cette situation nous a ouvert d’autres horizons propices à l’échange et au partage … Ne nous refermons pas sur nous-mêmes !!! « Vivons heureux aujourd’hui, demain il sera trop tard »

Belle et douce année à tous …

Sur les traces de la Sémillante…(L’Oncle POP)

L’idée m’est venue dans un premier temps, d’imaginer le récit de cet événement passé en lui donnant une autre issue, en fait, de réécrire cette histoire de manière fictive en partant du fait réel…Ce genre littéraire appelé uchronie à un double intérêt, il raconte une aventure authentique et vous permet d’imaginer le dénouement au gré de votre fantaisie… L’histoire du naufrage de la Sémillante pouvait être source d’inspiration pour cet exercice mais après réflexion, il m’est apparu, par respect pour les pauvres marins victimes de cette catastrophe maritime,  peu souhaitable de changer le cours des choses en inventant un récit qui viendrait transformer cette triste aventure et peut-être ternir leur mémoire…
C’est donc par le truchement d’un écrit touristico-estival que j’ai choisi de vous rapporter ce fait historique qui est un épisode tragique de l’histoire de la mer…

9h du matin, Port de Bonifacio, préparatifs à bord avant de lever l’ ancre…Le Sanlaval, plan cornu de 9,20 m construit en 1960 est prêt à appareiller… Le vent est bien établit, Force deux, La mer est très belle… Après les manœuvres de port, il est possible de hisser la voilure et de sortir vent arrière en ciseau, sous grand-voile et génois…
Nous laissons donc la vieille ville et la citadelle, sise sur les hauteurs, par le travers bâbord…Nous quittons la bien nommée « cité des falaises » pour  l’archipel des Lavezzi à environ 6 miles nautiques de l’extrême Sud de l’ile de beauté…

Dans les bouches de Bonifacio nous empannons  pour prendre un cap Sud Est en direction des îles qui se trouvent dans le détroit entre Corse et Sardaigne… Les conditions de navigation sont idéales et le soleil  déjà haut dans le ciel commence à brûler la peau… Nous pouvons rejoindre l’île principale de l’archipel sur un bord… À l’arrivée sur les récifs granitiques qui font la particularité géologique de ces lieux, nous apercevons le monument qui a été érigé à l’endroit de l’accident de la « Sémillante » …C’est une pyramide de granit de 14 m de haut qui commémore le naufrage au point d’échouage du bateau…Le  navire prit dans la tempête est venu se fracasser sur ces roches qui, dans une grosse mer formée sont inévitables… Plus de 700 passagers ont péri dans cette catastrophe maritime inégalée par chance depuis ce temps là…

La frégate de la marine française « la Sémillante », partie de l’arsenal de Toulon pour la guerre de Crimée la veille, a fait naufrage dans ces eaux le 15 février 1855 sous les effets d’un ouragan de secteur ouest.. Alors que le trois mâts remonte trop au Nord, il heurte les rochers de l’îlot de l’Acciarino… Le seul témoin  de ce drame est un berger vivant sur cette terre aride … Il explique avoir entendu un grondement large et sourd…Puis des cris et des fracas de toutes sortes… Il n’y eu pas un seul survivant… C’est encore à l’heure actuelle, la plus grande catastrophe maritime en Méditerranée…(la tragédie de la Sémillante de Jean Lucien Rachetti)… Et pour cause, cet endroit est l’une des zones les plus dangereuses dans cette mer à cause des nombreux écueils, des courants marins et du mauvais temps fréquent… pour parer à ce type d’accident, un phare a été construit en 1874 à l’extrémité des îles au nord des bouches de Bonifacio… Il balise le détroit qui sépare la Sardaigne de la Corse…Sa position 41°20’1‘’ de latitude Nord et 9°15’6’’De longitude Est… il a une portée de 15 miles (27km)… Il protège donc par mauvais temps toutes les embarcations qui pourraient s’aventurer dans cet
archipel composé de 23 îles et îlots… La tragédie de la Sémillante a donc rendu célèbre cet endroit… Il existe maintenant sur cette île inhabitée, une bergerie dans l’anse de Cala, un phare, une petite chapelle et deux cimetières; (une partie des soldats ayant été inhumés sur l’île); l’un  pour les hommes d’équipage l’autre pour les officiers…ainsi qu’une sépulture pour le Capitaine Jugan officier  de La Frégate…

Aujourd’hui l’endroit paraît paisible et accueillant avec ses eaux  translucides d’un bleu azuréen.De nombreux bateaux de plaisance y mouillent pour la journée…Avec au programme repas sur le pont, baignades  et excursions sous-marines… en effet la faune et la flore sont particulièrement riches et l’endroit idyllique.. C’est  un archipel paradisiaque, Certains se plaisent à dire que c’est un paradis pour les touristes et  un enfer pour l’environnement… L’équilibre écologique y est très fragile,  exemple le puffin cendré, petit albatros endémique qui affectionne les rochers et niche sur l’île  est menacé…Ainsi que certaines plantes foulées chaque jour par des centaines de touristes…
Retour à Bonifacio au moteur, plus de vent, en passant devant l’île de Cavallo puis en longeant les falaises  blanches et  en laissant sur tribord le grain de sable, bloc détaché de la côte voilà 2000 ans…On a du mal à imaginer après une journée comme aujourd’hui et un temps aussi clément comment la « Sémillante » a pu se retrouver dans un enfer tel qu’il a causé sa perte. « Aventures de mer !!! »…

Kévin se mobilise en faveur de l’hôpital d’enfant !

Un jeune Layen de 25 ans, Kévin, se mobilise en faveur de l’hôpital d’enfant de Nancy via le réseau TikTok !

Il réalise des vidéos que les internautes peuvent ensuite “récompenser”, Kevin a choisi de verser l’ensemble des sommes obtenues à l’hôpital !

Depuis quelques semaines, ce  jeune Tiktokeur, habituellement Saisonnier au Club Med en tant qu’animateur mais actuellement au chômage suite à la crise sanitaire, a pour objectif “d’amuser les gens !!!”.

Ses journées sont très longues alors afin d’occuper ce temps libre, il s’est fixé un but en faisant ce qu’il sait faire le mieux.

« Amuser les gens !!!! » oui, mais aussi avec un objectif : Récolter des fonds pour offrir des cadeaux Noël aux enfants malades de l’hôpital de Nancy.

Depuis début décembre il propose des lives humoristiques sur le réseau TikTok, et tous les internautes qui lui transmettent des cadeaux TikTok sont valorisés pour alimenter une cagnotte pour aider les enfants malades.

En parallèle avec un compte PayPal, il a ouvert une cagnotte en ligne pour que les personnes qui ne peuvent pas participer sur le réseau social TikTok puissent effectuer un don sécurisé.

En date du 18 décembre, ce sont déjà plus de 1300 € qui ont été collectés. Si chaque Tiktokeur apportait son soutien à différentes causes comme Kévin, ce sont des milliers de personnes qui pourraient être aidées.

Kévin a rendez-vous avec la directrice de l’hôpital de Nancy, avec la directrice Mme Ratajczak pour la remise du chèque, le vendredi 18 décembre à 15h30 pour la remise de ce don à destination des enfants malade pour Noël.

Pour en savoir plus et découvrir les motivations de Kevin, écouter le journal de France Bleu Sud Lorraine du mardi 15 décembre à 7h00 (à partir de 5 minutes 15 sec) :

Son compte TikTok à suivre : Kevin.102295

Bravo Kévin !

Les Chemins de Katmandou… Katmandu’s ways… (L’Oncle POP)

On en parle sur Fajet !

Cette semaine sur FAJET, interview d’artistes lorrains dans le cadre de la fête de la musique … Et donc interview de Thierry C dit Pop … Suivie de la diffusion de la chanson « Je voyage dans la mousse » ! Bravo Thierry !

Ma vie quoi (L’Oncle POP)

…Chanson écrite avant le confinement…travaillée pendant ….enregistrée après…

Cette crise inédite n’a pas altéré mon appétit de vivre, ma soif de bouger…Ma recherche perpétuelle des moments partagés entre copains, mon goût pour l’aventure et les voyages…Mon amour immodéré de tous les plaisirs qui font que la vie vaut d’être vécue…Elle est sortie le 2 juin, date qui sera maintenant dans la mémoire collective…
Pour moi c’est tout simplement celle de mon anniversaire et je remercie ceux qui ont permis aux bars et aux restaurants de recommencer à nous recevoir ce jour là…

Carpe diem…profitez en bien…dépêchez vous…et ne ratez rien…la vie quoi…! Pop🎸🎤😎 Bonne écoute…

La Llorona (conte et chanson) – duo d’Or et de Paille – Clara Pertuy et Jan Myslikovjan

Tourné dans la forêt de Lay-Saint-Christophe …

Le temps du flipper … dans le fond du bar Jarnysien … (L’Oncle POP)

Une nouvelle version retravaillée et montée en plein déconfinement …

On parle de cette page (et de l’oncle POP) dans l’Est Républicain 🙂

Lundi 11 mai 2020…Le jour d’après…17H30… (L’Oncle POP)

…Quelle drôle de journée…Attendue et en même temps redoutée…Attendue car mettant fin à 55  jours de privation de notre chère liberté…Redoutée car pleine d’incertitudes et de questionnements sur la reprise d’une vie normale…Et pour couronner le tout , alors que pendant ce confinement la météo avait été très clémente…Une pluie battante est tombée toute la nuit et une grande partie du jour…Une drôle de coïncidence que la période de déconfinement commence par un phénomène météo connu qui fait peur aux jardiniers…Les saints de glace, en effet les 11, 12 et 13 mai nous fêtons saint Pancrace, saint Mamert et saint Servais…Qui nous apportent baisse des températures et gel…Nous qui rêvions de pouvoir enfin nous éloigner de notre domicile en tenue printanière…C’est raté…Mais ce n’est pas le plus grave, le temps devrait revenir au beau fixe dans les prochains jours…Ce qui est plus inquiétant, c’est le flou artistique dans lequel nous nous trouvons…Ce ne sont qu’informations et désinformations…Personne ne sait et chacun y va de sa théorie qui repose souvent sur un empirisme déroutant…Scientifiques, politiques, experts en tous genres se contredisent voir s’affrontent dans des joutes verbales médiatiques qui sont souvent stériles et semblent n’avoir pour intérêt que de « tirer la couverture à soi »…Et nous qui sommes nous dans tout cela, des otages, des victimes ? Dans tous les cas les pions du grand échiquier de la vie…Aujourd’hui Je suis sorti masqué avec mon flacon de gel hydro alcoolique, mais j’ai rebroussé chemin devant la foule qui était devant les magasins, sur les parkings …Certains masqués, d’autres pas…Certains respectant la distanciation, d’autres se frôlant de manière irréfléchie et sans réelle prise de conscience de l’utilité de telles mesures…Etait ce parce que ce jour de libération occultait tous les dangers pour eux ou parce que l’euphorie ambiante faisait perdre la raison ?…Je suis partagé dans cette appréciation des comportements humains et mes contemporains me font peur et m’afflige…Que penser également quand l’on entend que de nouveaux foyers d’infection se déclarent dans des zones jusque là épargnées… ?Que la pénurie de masques est encore à l’ordre du jour…Que l’Europe ne devrait pas survivre au COVID 19 sur le plan économique? En effet les pays les plus fragiles de notre union sont ceux qui ont été les plus touché…On nous annonce une crise terrible et une difficile sortie de cette incroyable situation…Comment rester serein devant autant de zones d’ombre ? Comment se dégager de certaines pensées anxiogènes face à notre quotidien bouleversé… ? Je suis inquiet pour l’avenir même si mon optimisme habituel me laisse à penser que nous allons nous en sortir…Mais à quel prix ? Après quels sacrifices ? J’ose encore croire que nous serons assez forts pour nous tirer d’affaires…Je pense cependant qu’il faut plus que jamais que nous soyons tous, et surtout nos dirigeants unis, oublier pour un temps les querelles partisanes et idéologiques pour se liguer, se lier et faire front à ce fléau qui lui ne connait ni parti, ni corporatisme, ni frontière, ni ségrégation …En effet il atteint tout un chacun de la même manière sans différenciation…Alors soyons solidaires pour vaincre face à cette épreuve humaine inédite…Et surtout « vivons heureux aujourd’hui demain il sera trop tard… »

POP… dubitatif mais confiant…

Je me suis fait tout petit (Michel François chante Brassens)

Pour Isa

Nostalgie … quelques notes pour le déconfinement (L’Oncle POP)

L’orage de Georges Brassens (Julia Pertuy)

La nature reprend ses droits … (L’Oncle POP )

La nature reprend ses droits…En effet depuis plusieurs jours , je remarque des choses étonnantes autour de moi…Surtout au niveau de la vie animale…Aujourd’hui en entrant dans ma voiture, que je n’avais pas utilisé depuis plusieurs jours, deux abeilles étaient en plein travail, affairées à la construction des premières alvéoles d’un futur essaim à l’intérieur du véhicule dans la jointure de la portière…J’ose à peine penser à ma surprise, si je ne m’étais rendu compte de cela que dans quelques jours…J’aurais été accueilli de belle manière par ces travailleuses acharnées qui, dérangées, se seraient ruées vers moi…Je remarque aussi, dès que le soleil chauffe et ces temps-ci c’était quand même souvent, la recrudescence de lézards qui se reposent au soleil et s’insinuent dans les anfractuosités des murs et allées à la première alerte…Depuis quelques jours, j’observe aussi le retour des écureuils, ces petits êtres au pelage roux si vifs et si agiles qui ne tiennent pas en place et grimpent en haut de mon pommier avec une agilité exceptionnelle…Les couples de tourterelles ont aussi décidé de nicher dans les arbres du quartier et entament des roucoulements incessants dès les premières heures du jour…Cependant, je n’aime pas le chant de ces oiseaux…Ces modèles de fidélité qui restent en couple tout au long de leur vie…Merles, mésanges, étourneaux et autres piafs me gratifient d’airs mélodieux et réalisent des symphonies improvisées du plus bel effet…Abeilles, bourdons, guêpes, bourdons et autres frelons sont de plus en plus nombreux à venir butiner les cerisiers et autres arbres fruitiers en fleurs…Quelle régalade pour tous ces vespidés… !

En faisant du vélo, sur les rives de Meurthe j’ai aussi pu me rendre compte du sursaut de la vie sauvage de notre région…Des centaines de grands cygnes blancs et leurs petits entre le beige et le gris se retrouvent en fin d’après midi à remonter la rivière à contre-courant pour le repas du soir. Ce n’est à cette heure-là pas la fête pour la faune piscicole qui habite ces eaux troubles et fraîches…En effet gardons, brèmes, petites perches et alevins de toutes sortes sont engloutis par centaines…C’est la dure loi de la nature mais c’est aussi ce qui contribue à l’équilibre de nos écosystèmes…Cependant les grands gagnants de cette période où l’homme ne peut interférer sont les brochets, silures et autres carpes…De nombreux hérons «  au long bec emmanché d’un long cou » bien campés sur leurs échasses scrutent la surface de l’eau à la recherche de friture (merci de me pardonner pour le plagiat de La Fontaine pour cette description)…J’ai aussi observé pour la première fois en ces lieux d’énormes ragondins rejoignant les rives pour s’ébrouer sur l’herbe grasse et verte qui borde le lit de la rivière…En reprenant le pont qui enjambe la Meurthe, j’ai  pu apercevoir sur les côtés du barrage, là où l’eau bouillonne des barbeaux se précipitant dans ce tumulte entre les pierres pour rejoindre les eaux plus calmes en aval…

Ce spectacle de la nature sereine qui retrouve une parfaite harmonie symbolise un des effets positif de ce confinement humain… Cette « quarantaine » forcée empêche de troubler cet équilibre salutaire que représente la faune et la flore sur la biodiversité…Pour combien de temps ? Puissent ces constats et leurs impacts collatéraux perdurer après et faire prendre conscience à l’homme de son influence souvent néfaste sur notre environnement…Belle période et belle leçon d’humilité pour nous petits humains irrespectueux de ce qui nous entoure…J’ai passé une belle journée qui s’est terminée sur un message porteur de vie et de d’espérance pour l’avenir…

Souriez, soyez forts…Je suis léger et heureux de ces observations…Vive la vie…

Au bois de mon coeur (Michel François chante Brassens)

Hôtel Chopin, Paris 9ème (Thierry Champougny)

Un troisième titre original !

Reconnaissez-vous ce Layen ?

En direct de France Télévision, ou presque 🙂

En attendant ma soeur (Thierry Champougny)

Toujours en avant première, un second titre du prochain album de POP.

BFM TV parle de Centre de Réadaptation

Reportage diffusé le 20 avril sur BFM TV !

Lay Paniers de l’Amezule en mode”confinement” …

Comme prévu, c’est à à l’école Antony Hanry que se déroule désormais la distribution hebdomadaire aux “Amapiens”, mais initialement le port du masque n’était pas prévu …

Je voyage dans la mousse … (Thierry Champougny)

En avant première à tous les confinés de Lay-Saint-Christophe, un titre du prochain album de Thierry au titre évocateur … : Je voyage dans la mousse …

Celui qui a mal tourné (Michel François chante Brassens)

Yoga (Flow)

A découvrir ici.

Cours de danse (Catherine Lecomte)

Pendant le confinement, des cours de danse se poursuivent (accès libre !). Plus d’informations ici.

Song for Marius (Thierry Champougny)

Le centre aquatique de Lay-Saint-Christophe

Bravo Eléonore ! (Vidéo du Grand Nancy Aquatique Club et article Est républicain)

Louis Guingot pousse la chansonnette

Knocking on heaven’s door (Thierry Champougny)

Vue depuis le chemin blanc (Christiane Goussot)